Les tigres du bengale sont en danger: l’Inde tente de s’organiser.

Bengali Tiger Quelques chiffres tout d’abord pour avoir une idée de l’ampleur du problème :

  • 1500 tigres subsistent en Inde, contre 40 000 il y a un siècle.

 

 

  • 40% des tigres du monde vivent en Inde.

 

 

  • L’habitat naturel des tigres en Asie s’est réduit de 93 %.

 

 

  • 850 tigres ont été tués par des braconniers entre 1994 et 2007

 

 

  • 80 % des parcs nationaux ne sont pas équipés pour lutter contre le braconnage.

 

 

  • 3 sous-espèces ont déjà disparu : le tigre de Bali, le tigre de Java et le tigre de la Caspienne.

 

 

La disparition d’un certain nombre d’espèces relève du crime organisé, surtout dans le cas du tigre. Le pays, qui abrite la plus large population de tigres au monde, porte une lourde responsabilité dans la sauvegarde de l’espèce.

 

Siberian Tiger, on Explore! July 8, 2013

Malheureusement, chez le tigre, tout se vend!
Du pelage aux dents, en passant par les testicules, les organes sont très prisés en Chine, le pays voisin, notamment pour fabriquer des potions aphrodisiaques, ou même de la poudre d’os, un remède utilisé en cas de fracture. Une carcasse ou une peau de tigre est vendue en général 4 500$ (3 100€) aux intermédiaires. Une petite fortune pour un villageois, une bouchée de pain pour un intermédiaire qui peut en obtenir 50 000$ (35 000€) au marché noir en Chine.
La technique du braconnage est simple. Un piège dissimulé sous des branchages immobilise le tigre en le blessant à la patte. Les braconniers n’ont plus qu’à le tuer, par la gueule, afin de ne pas abîmer son pelage. En Inde, 50 félins trouveraient ainsi la mort chaque année.
C’est à New Delhi, un endroit idéal pour passer inaperçu grâce à ses 15 millions d’habitants, que les trafiquants opèrent. Les clients, venus de Chine ou du Népal, visitent les petits ateliers pour choisir les peaux qu’ils signent au dos, une fois la vente conclue. Ce sont ensuite des femmes, appartenant à des tribus du nord de l’Inde réputées pour leur savoir-faire en matière de chasse au tigre, qui transportent les peaux et les carcasses. Grâce aux signatures, et aux renseignements récoltés par des informateurs, des réseaux ont pu être démantelés. Le 4 décembre 2007, la police a annoncé l’arrestation de quinze trafiquants, dont Shabbir Hasan Qureshi, connu pour être à l’origine du quart du trafic de tigres en Inde.
La lutte contre le braconnage passe également par la mobilisation des communautés villageoises. Et la tâche est difficile, car les félins font de nombreuses victimes en raison de l’urbanisation rampante et de la construction illégale d’habitations dans les parcs naturels.

Hide and seek with bengali tiger

Avec seulement 2% de la superficie du globe, l’Inde concentre 20% des hommes et 40% des tigres de la planète, ce qui pose un problème de cohabitation.
Depuis le début de l’année, quatorze villageois ont été tués par des léopards ou des tigres dans l’Etat de l’Uttarranchal. Il est difficile, dans ces conditions, de défendre le tigre.
Après l’attaque d’un tigre, des brigadiers sont immédiatement envoyés pour calmer la population. Les familles sont dédommagées à hauteur de 1 800€ par adulte tué, 900€ si c’est un enfant.
Auparavant, le sentiment religieux imposait le respect vis-à-vis de la nature et des tigres. Il n’y a guère que la construction de barrières électriques autour des villages qui puisse préserver les tigres, en même temps que les populations.

Source: Julien Bouissou, « Le Monde » du 27.12.07

Si le sujet vous passionne comme moi, je vous propose de vous renseigner auprès de l’autorité indienne responsable de la conservation des tigres ou encore du WWF russe qui s’occupe plus particulièrement des tigres de l’Amour.