Étiquette : éthique

Des cellules souches créées sans embryon

Deux équipes de scientifiques japonais et américains affirment dans des articles publiés mardi avoir réussi à reprogrammer des cellules de la peau pour qu’elles acquièrent les mêmes capacités d’adaptation que les cellules souches embryonnaires. Il s’agirait ni plus ni moins que d’une dédifférenciation. La brebis Dolly avait déjà défrayé la chronique en son temps à ce sujet.

À la base, les deux équipes ont procédé de la même manière. Elles ont chacune utilisé des virus pour transporter quatre gènes dans les cellules de la peau. Ces gènes, connus pour activer et désactiver d’autres gènes, ont permis de produire des cellules capables de se conduire comme des cellules souches embryonnaires.

Une avancée importante qui permettrait, à terme, de réaliser des clonages sans détruire d’embryon. Une obligation si l’on veut soigner correctement, un jour les maladies dégénératives : Alzheimer, Parkinson, etc…

Source: Malcolm Ritter, AP

L’embryon mi-homme mi-animal autorisé en Grande Bretagne!

Les autorités britanniques s’apprêtent à autoriser la création d’un embryon mi-homme mi-animal. L’objectif serait d’obtenir de nouvelles pistes pour des traitements médicaux. La HFEA, (Human Fertilisation & Embryology Authority: agence britannique encadrant l’utilisation des embryons humains) a levé son veto: le Royaume Uni sera le premier pays à autoriser les manipulations visant à obtenir des embryons mi-homme mi-animaux!

Un embryon humain http://www.flickr.com/photos/nomadicentrepreneur/527075488/
Lire la suite

Un nouveau type de jumeaux?

Des chercheurs ont identifié un nouveau type de jumeaux, à mi-chemin entre les vrais et les faux…

Twin Brothers
Deux bébés qui sont des vrais jumeaux.
Image sous licence CC de Tinker*Tailor

Pour bien comprendre, il faut revenir à la base de la reproduction. La plupart du temps, un unique spermatozoïde féconde un seul ovule. Cela donne une cellule-œuf, qui va donner naissance à un enfant. Parfois, l’œuf se scinde en deux: on a alors des «vrais» jumeaux, qui possèdent le même patrimoine génétique. Enfin, il arrive que deux spermatozoïdes fécondent deux ovules, avec pour résultat de faux jumeaux, aussi proches génétiquement qu’un frère et une sœur.

Les jumeaux de l’étude dite «semi-identiques» sont issus de la fécondation d’un seul ovule par deux spermatozoïdes. Un scénario rarissime, dans lequel l’embryon ne survit habituellement pas. Ici, ce ne sont pas un mais deux embryons qui se sont développés, suite à une division de l’œuf. Dotés tous les deux des mêmes gènes hérités de leur mère, ils n’ont, tels des faux jumeaux, que la moitié des gènes de leur père en commun. Et leur spécificité ne s’arrête pas là.

Ces deux nourrissons sont aussi des chimères, des individus qui possèdent à la fois des cellules féminines (avec deux chromosomes X) et masculines (un chromosome X et un Y), dont la proportion varie d’un tissu cellulaire à un autre. Ainsi, après des tests génétiques, il apparaît que l’un des jumeaux est de sexe masculin, tandis que l’autre est un véritable hermaphrodite, possèdant à la fois des ovaires et des testicules.

D’après les scientifiques, la croissance et les facultés mentales des jumeaux semblent «normales». Ce scénario de jumeaux semi-identiques avait été évoqué en 2003 par Michael Golubovsky, un biologiste de l’Université de Berkeley, mais le scientifique n’avait pu en apporter la preuve. C’est désormais chose faite.

Source: 20Minutes.fr, édition du 27/03/2007