[Épinglé] L’insecticide tueur d’abeilles interdit à partir de 2016 – 30/03/2015 – La Nouvelle République Vienne

Sébastien Pommier est catégorique : « Les molécules de néonicotinoïdes sont l’ennemi n° 1 des abeilles, des études scientifiques l’ont montré. Les problèmes ont commencé depuis leur apparition en 1993, explique-t-il. On s’est rendu compte que plus leur utilisation augmentait, plus les problèmes apparaissaient. Il y a vingt-cinq ans, on travaillait avec 5 à 10 % de pertes sur les colonies. Aujourd’hui, les pertes sont de l’ordre de 30 à 80 %. »
En sortie d’hivernage, les professionnels de la région ont pu mesurer les conséquences dévastatrices, avec une perte globale estimée à 30 % en moyenne : « On travaille toute l’année avec des molécules, poursuit Sébastien Pommier. Les abeilles rentrent avec les pollens plus ou moins toxiques. En février, les vieilles abeilles meurent, les ruches sont vides et ne sont pas repeuplées par de jeunes abeilles. » Sébastien Pommier est formel : « Une mortalité de cet ordre n’est pas imputable à une maladie. Car la maladie, on la retrouverait dans des petits couvins d’abeilles ». Bien qu’interdits depuis trois ans dans les tournesols, les « “ néonic ” ont une rémanence (persistance des pesticides dans le milieu) de trois ans dans le sol, appuie l’apiculteur. Et leurs molécules sont toujours utilisées sur l’orge et le blé. »
Corollaire de la disparition des effectifs, de sévères chutes dans les rendements : « Une ruche produisait 60 kg de miel de tournesol dans les années 1980. Aujourd’hui, c’est 15 kg de production. »
Via: http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Environnement/n/Contenus/Articles/2015/03/30/L-insecticide-tueur-d-abeilles-interdit-a-partir-de-2016-2276369