Greffes “buddy tapées”: premiers constats à la mi-avril

Quelques jours après l’avoir positionnée sur mes arbres (compte-rendu ici), j’avais déjà remarqué que cette bande jouait bien son rôle d’isolant. On observe rapidement de la condensation se former sous la bande. Cette atmosphère humide autour du greffon empêche son dessèchement et favorise son développement. Les dates favorables aux greffes seraient élargies grâce à cette méthode.

Condensation derrière buddy tape
Condensation derrière buddy tape

Les vieux greffeurs connaissaient déjà le truc du sachet placé sur la greffe. La grande différence étant que ce sachet était surveillé de près et placé de façon assez lâche pour que la greffe respire. Ici, c’est plus surprenant car on la serre fermement et qu’en suite il n’y a pas trop besoin de surveillance. C’est la structure du ruban, élastique sans étrangler qui fait le reste.

Mais revenons à nos moutons avec une bonne nouvelle: les bourgeons des greffons commencent à gonfler et à verdir.


Le ruban se laisse percer avec facilité par les bourgeons de poiriers. Pour les pommiers, cela semble moins évident. Je vais sûrement libérer leurs bourgeons trop prisonniers.


Je recommande à ceux qui souhaiteraient essayer eux aussi ce produit, de prévoir une trousse ou un emballage assez protecteur pour leur bobine. D’une part la matière a tendance à se dégrader à la lumière et donc la durée de vie n’en sera qu’allongé. Ensuite, vous ramasserez moins de petites brindilles et autres déchets qui ont tendance à rester obstinément collées sur le ruban.

En ce qui me concerne, j’ai résolu ce souci en investissant dans une poche résistante et occultante.

La suite au prochain épisode…