Compte-rendu des sorties géologie

Panorama vu de l’oratoire des amourettes

Les élèves de 5 Chopin ont mis en ligne un compte-rendu assez complet de leur sortie géologie. On y trouve notamment des photos et des explications, mais aussi des liens complétant les informations.

Le déroulement de la sortie.

Berge

L’usine située a côté de la rivière a construit un mur pour protéger ses fondations. Il commence déjà à s’abîmer! Ensuite, nous avons pris un petit chemin qui nous a mené à de très jolies maisons construites avec:

  1. Du grès
  2. Des briques (argile cuite)
  3. Des silexs

Mur

  • Un sol marron/noir car il contient de l’humus
  • Un sous-sol un peu orange (argile et sable) qui contient beaucoup de gros cailloux (grés)

Affleurement

Tiphanie, Célia & Rachel [5 Chopin]

Le menhir de Vendegies/Ecaillon

On peut trouver ce menhir à Vendegies/Ecaillon, au lieu dit: le “Gros Caillou”. En effet, le menhir est une grosse pierre, située sur la plus haute colline de Vendegies/Ecaillon. C’est un gros bloc de grès, taillé sur un de ses côtés. Sa taille dépasse deux mètres en hauteur!

Menhir

Timothée & William [5 Chopin]

L’Ecaillon et l’Escaut

    L’Ecaillon

Sa longueur est de 32 km, il se jette dans l’Escaut à la limite entre Thiant et Prouvy. La surface de son bassin versant est de 179 km2. Il forme des méandres (virages); à Vendegies/Ecaillon, il crée une zone humide fréquentée par des oiseaux.

Zone Humide

L’Escaut

C’est un fleuve qui prend sa source en France, prés de Gouy, dans l’Aisne, au pied de l’abbaye du Mont Saint-Martin. La surface du bassin versant* est de 21 000 km2. La longueur de ce fleuve est de 430 km, il traverse trois pays:

  1. France
  2. Belgique
  3. Pays-Bas

Il finit par se jeter dans la mer du Nord. Son bassin versant a une surface de 21 000 km2.

L’Escaut à Valenciennes, devant le lycée du même nom

Source: Wikipédia

Mehdi & Julien [5 Chopin]

Un nouveau type de jumeaux?

Des chercheurs ont identifié un nouveau type de jumeaux, à mi-chemin entre les vrais et les faux…

Twin Brothers
Deux bébés qui sont des vrais jumeaux.
Image sous licence CC de Tinker*Tailor

Pour bien comprendre, il faut revenir à la base de la reproduction. La plupart du temps, un unique spermatozoïde féconde un seul ovule. Cela donne une cellule-œuf, qui va donner naissance à un enfant. Parfois, l’œuf se scinde en deux: on a alors des «vrais» jumeaux, qui possèdent le même patrimoine génétique. Enfin, il arrive que deux spermatozoïdes fécondent deux ovules, avec pour résultat de faux jumeaux, aussi proches génétiquement qu’un frère et une sœur.

Les jumeaux de l’étude dite «semi-identiques» sont issus de la fécondation d’un seul ovule par deux spermatozoïdes. Un scénario rarissime, dans lequel l’embryon ne survit habituellement pas. Ici, ce ne sont pas un mais deux embryons qui se sont développés, suite à une division de l’œuf. Dotés tous les deux des mêmes gènes hérités de leur mère, ils n’ont, tels des faux jumeaux, que la moitié des gènes de leur père en commun. Et leur spécificité ne s’arrête pas là.

Ces deux nourrissons sont aussi des chimères, des individus qui possèdent à la fois des cellules féminines (avec deux chromosomes X) et masculines (un chromosome X et un Y), dont la proportion varie d’un tissu cellulaire à un autre. Ainsi, après des tests génétiques, il apparaît que l’un des jumeaux est de sexe masculin, tandis que l’autre est un véritable hermaphrodite, possèdant à la fois des ovaires et des testicules.

D’après les scientifiques, la croissance et les facultés mentales des jumeaux semblent «normales». Ce scénario de jumeaux semi-identiques avait été évoqué en 2003 par Michael Golubovsky, un biologiste de l’Université de Berkeley, mais le scientifique n’avait pu en apporter la preuve. C’est désormais chose faite.

Source: 20Minutes.fr, édition du 27/03/2007

Faire du fromage à partir du lait et du bioéthanol à partir du petit-lait!

Toutes les recettes de fromage ne sont que la déclinaison de la bonne vieille recette du fromage blanc. Cette recette très simple peut même être pratiquée par les enfants, à l’école ou à la maison. Elle consiste à faire cailler le lait grâce à la présure.

Recette du fromage blanc.

Il faut:

  • du lait frais entier
  • de la présure (enzyme permettant le caillage ou coagulation du lait)
  • un récipient
  • un linge
  • une passoire
  1. Amener progressivement le lait à une température de 35°.
  2. Ajouter 3 à 4 gouttes de présure par litre de lait
  3. Couvrir le récipient avec le linge.
  4. Placer le tout à 20°.
  5. Attendre le caillage du lait une dizaine d’heure. Le lactosérum va se séparer du caillé.
  6. Verser le contenu du saladier dans la passoire recouverte par le linge qui sert de filtre.
  7. Récupérer le contenu du linge dans un bol. Le lactosérum ne sert à rien et peut être jeté.
  8. Déguster

Quelques photos mises en ligne par courgettelawn sur la fabrication du fromage:

Devinez la couleur du lactosérum 😉

Gagné! Le lactosérum, appelé aussi « petit-lait », est le liquide jaunâtre, la partie solide est le caillé.

Theo Muller, lui aussi, utilise cette recette ancestrale. Sauf que Theo Muller est le principal groupe laitier allemand et qu’il a trouvé le moyen de transformer le lactosérum en bioéthanol!

Vous allez me dire: “Et alors? Ca sert à quoi le bioéthanol?”

Et bien le bioéthanol est ni plus ni moins qu’un biocarburant, ici, c’est même un agroburant puisqu’il provient de l’agriculture. On peut utiliser ce bioéthanol dans n’importe quel réservoir d’essence de voiture!

Il faut savoir que jusqu’à présent le lactosérum était le plus souvent jeté car inutilisable peu valorisé. Theo a fait d’un déchet produit peu valorisé, une source d’agroburants! Theo: 20/20!

Le groupe laitier Theo Müller a annoncé qu’il se lancerait, d’ici la fin de l’année, dans la production de bio-éthanol à partir de résidus du lait, une première mondiale!

Le groupe a investi 20 millions d’euros pour développer un procédé qui permettra de produire de l’éthanol à partir du petit-lait. Cette matière première, qui jusqu’à présent était éliminée, est quasiment gratuite!

L’entreprise espère produire d’ici 2008 dix millions de litres de bio-éthanol “laitier”, dans une usine construite près de Dresde.

Cette annonce survient alors que les ministres européens de l’énergie se sont mis d’accord pour imposer une incorporation de 10% de bio-carburants dans les carburants de l’Union européenne d’ici à 2020.

Sources: BE Allemagne numéro 328 (29/03/2007) – Ambassade de France en Allemagne / ADIT, CourgetteLawn – Flickr

Image de gaggy sous licence CC